Annette Trenz

Annette Trenz

Vice-présidente, responsable de l’intelligence d’affaires sectorielle

Après une période de pandémie particulièrement éprouvante, la situation des fabricants est en voie de redressement. Les marchés montrent des signes de stabilisation, et la demande atteint presque les mêmes niveaux qu’avant la pandémie, et les surpasse dans certains cas.

La crise mondiale a-t-elle contribué à l’accélération de la transformation numérique au sein des entreprises manufacturières? Selon les entrevues réalisées dans le cadre du programme La voix de nos clients 2021, 15 % des dirigeants du secteur manufacturier affirment obtenir des résultats de leur stratégie de transformation numérique, ce qui représente une hausse de 2 % par rapport à l’an dernier. Cette augmentation a doublé comparativement aux années précédentes, au cours desquelles la proportion s’accroissait de 1 % par année, mais les progrès demeurent minimes.

Malgré la lenteur de la progression, les dirigeants ont commencé à mettre davantage l’accent sur l’avancement de leur stratégie numérique. La compréhension de l’importance de se doter d’une stratégie numérique et de ses répercussions sur les modèles d’affaires existants a augmenté de 13 %, tandis que la pression exercée par les consommateurs privilégiant le numérique s’est notablement intensifiée durant l’année de la pandémie (+14 %). Bien que la priorité des fabricants demeure l’optimisation des activités en vue de réduire les coûts, le fait d’accorder une importance accrue à la stratégie numérique afin de satisfaire la clientèle se traduira sans doute par une accélération de leur transformation numérique.

Mais ils doivent aussi composer avec un nouveau défi de plus en plus crucial : adopter le développement durable et atteindre la carboneutralité.

Si une chose est bonne pour l’environnement, peut-elle aussi être bonne pour les affaires?

Dans un contexte où les résultats d’affaires sont grandement influencés par la pandémie et où les coûts de la transformation numérique sont élevés, les dépenses additionnelles associées au virage vert peuvent prendre l’allure d’un fardeau impossible à porter. Les projets de durabilité peuvent-ils être reportés? La réponse est claire : non, la durabilité n’est pas négociable. Il s’agit d’une démarche complexe qui doit être entamée le plus tôt possible pour diverses raisons.

Premièrement, la pression exercée par les parties prenantes s’intensifie. Les entreprises doivent se conformer à des réglementations gouvernementales strictes et répondre aux attentes élevées des consommateurs et des communautés en matière de transparence et de reddition de comptes. De plus, les investisseurs tiennent de plus en plus compte de l’exposition aux risques climatiques lors du calcul du coût du capital.

En outre, pour les fabricants, le virage vert a le potentiel non seulement de renforcer leur capacité à obtenir du financement et d’améliorer leurs résultats; il est aussi déterminant pour la réputation de leur marque et l’avenir de la planète. Autrement dit, s’il est bon pour l’environnement, il est aussi bon pour les affaires.

Enfin, les fabricants démontrent un réel souci de durabilité. Soixante et onze pour cent des fabricants que nous avons interrogés croient fermement que la durabilité environnementale est au cœur de leur capacité future à continuer de créer de la valeur. Cette conviction est plus marquée chez les dirigeants du secteur des ressources naturelles (87 %) que chez les dirigeants des secteurs commerciaux et industriels (67 %).

Lorsqu’on compare l’importance accordée à la durabilité dans les différents secteurs d’activité, les entreprises manufacturières se classent au deuxième rang, derrière les sociétés du domaine de l’énergie et des services publics.

Qu’est-ce que la fabrication durable?

Les lignes directrices de la Global Reporting Initiative (GRI)* divisent la durabilité en trois grandes catégories : la société, l’économie et l’environnement. L’Agence des États-Unis pour la protection de l’environnement définit la fabrication durable comme la création de produits manufacturés par l’entremise de processus économiquement viables qui minimisent les conséquences négatives sur l’environnement tout en favorisant la conservation de l’énergie et des ressources naturelles.

Dans ce billet de blogue, j’explore la gestion environnementale dans les secteurs manufacturiers commerciaux, industriels et des ressources naturelles. La durabilité environnementale englobe l’incidence d’une organisation sur les systèmes naturels vivants et non vivants, y compris le sol, l’air, l’eau et les écosystèmes. Pour les fabricants, cette discipline s’applique à une vaste gamme de domaines : la réduction des émissions, la consommation d’eau, la protection de la biodiversité, l’exploitation responsable des ressources, la sélection d’énergies propres, l’efficacité énergétique, et l’élimination, le recyclage et la réutilisation des effluents et des déchets.

Un point de départ pratique

De nombreux fabricants ont déjà annoncé publiquement leurs engagements en matière de lutte contre les changements climatiques. Pour respecter ces engagements, la compréhension de son empreinte carbone et de son exposition aux risques climatiques est un bon point de départ. D’ailleurs, d’ici 2025, l’évaluation des risques climatiques sera obligatoire pour les sociétés cotées, les grandes entreprises privées et les sociétés de services financiers. Voici quelques recommandations pour démarrer du bon pied.

Adoptez la durabilité à l’échelle de l’entreprise.

Faites-en une initiative agile soutenue par la direction et outillez tous les directeurs d’usine et travailleurs pour qu’ils puissent s’investir personnellement et y contribuer. Confiez l’exécution et la prise de décisions aux usines, et établissez un processus continu de suivi, de déclaration et de partage des expériences. Assurez la visibilité des résultats en les communiquant continuellement aux parties prenantes, même lors des réalisations les plus minimes.

Assurez l’harmonisation des fonctions d’affaires et de TI.

Il est important d’élaborer un plan de durabilité qui définit des exigences et des priorités claires, et de s’assurer que les fonctions d’affaires et de TI y adhèrent.

Analysez la situation actuelle.

Évaluez le scénario actuel de production pour chaque usine ou groupe de produits. L’objectif est de définir les paramètres de production existants sur le terrain afin de mesurer l’impact environnemental de vos activités. Par exemple, évaluez la consommation énergétique durant le processus de production et dans l’ensemble de l’usine pour calculer vos émissions de CO2.

Tirez parti de la technologie comme un moteur clé.

Élaborez un plan de TI durables qui comprend une stratégie et une structure claires pour relever les défis de votre organisation et atteindre vos objectifs en matière de gestion des TI. Les étapes précédentes de votre démarche révéleront les manques à gagner et les problèmes présents dans votre environnement actuel de production, comme les renseignements absents des ensembles de données essentiels ou les lacunes involontaires des systèmes de suivi qui peuvent nuire à la déclaration transparente de vos progrès. La durabilité doit devenir une partie intégrante de vos activités, au même titre que la cybersécurité.

Abordez la démarche comme un effort d’amélioration continue.

Établissez des méthodologies et des systèmes de production de rapports qui vous permettront de mesurer et de déclarer la performance environnementale de chaque usine et de faire un suivi constant des progrès. Les fabricants disposent rarement de systèmes couvrant la totalité de leurs activités et des mesures de conformité. Il pourrait être nécessaire de mettre en place une structure de gouvernance pour combler cette lacune. Cette approche facilitera également la gestion des parties et fournisseurs externes ainsi que l’évaluation de leurs contributions à vos activités de durabilité.

Commencez par les projets les plus facilement réalisables.

L’efficacité énergétique en est un bon exemple. Commencez par établir un processus centralisé de prise de décisions en ce qui a trait aux sources d’énergie de rechange et à l’approvisionnement pour vous assurer que l’énergie est obtenue de manière responsable ou qu’elle est réutilisée.

Une occasion de croissance stratégique

La véritable durabilité est le résultat d’un effort collectif et ne peut être atteinte par une seule organisation. Tous les participants et toutes les composantes de votre chaîne de valeur ont un effet sur l’environnement, y compris les fournisseurs, les transporteurs et les partenaires technologiques. Il est important de collaborer avec des organisations qui partagent vos objectifs de durabilité et vos valeurs, et il est tout aussi essentiel d’évaluer la performance et les pratiques de durabilité de chaque participant. Avec les bons collaborateurs, il est possible de créer des produits finaux réellement durables.

Cependant, les écosystèmes du secteur manufacturier sont complexes. Le processus peut devenir intimidant lorsqu’on commence à évaluer chaque élément de la performance en matière de durabilité. Les ressources naturelles ont-elles été obtenues de façon éthique? Comment ont-elles été transportées jusqu’à l’usine? Le processus de fabrication est-il carboneutre? Au stade actuel, ces questions sont difficiles à résoudre pour tous les fabricants. Toutefois, les occasions d’affaires et les avantages commerciaux associés à la durabilité sont nombreux :

  • fidélisation et engagement accrus de la clientèle;
  • réduction des coûts grâce à l’optimisation des processus, de l’approvisionnement jusqu’à la production et la logistique;
  • création de nouvelles sources de revenus soutenant les modèles d’affaires durables;
  • mise au point de nouvelles méthodes pour rendre les services existants plus durables.

Comme le dit le proverbe chinois : « un voyage de mille lieues commence par un pas ». CGI est là pour vous aider à faire le premier pas de votre démarche de durabilité. Communiquez avec moi pour découvrir les façons dont nous aidons nos clients à concrétiser leur vision de durabilité et comment nous pouvons vous accompagner dans votre parcours.

*en anglais seulement

À propos de l’auteur

Annette Trenz

Annette Trenz

Vice-présidente, responsable de l’intelligence d’affaires sectorielle

Annette Trenz assure la conception, le développement et l’orientation stratégiques du portefeuille mondial du secteur manufacturier de CGI. À ce titre, elle soutient le développement des relations client, oriente les discussions en vue de partager notre leadership intellectuel sectoriel et interagit avec les hauts dirigeants ...